Inauguration de nos nouveaux locaux

article_presse_inauguration

Inauguration des nouveaux locaux de l'Assemblée de Dieu d'Albertville.
S'il est vrai qu'une inauguration de locaux constitue toujours un sujet de joie pour une assemblée, celle qui s'est déroulée le 26 mars à Albertville, revêtait un aspect particulier, tant ont été pesantes les difficultés de place rencontrées par cette église. Mais jetons d'abord un regard en arrière pour mieux connaître cette assemblée et en comprendre la situation.


Une ville à la montagne.
 Le nom d'Albertville évoque les Jeux olympiques d'hiver de 1992. Et c'est bien normal : Albertville est une ville de montagne, petite mais habituée aux flux touristiques. Cela signifie aussi, pour les pasteurs de Savoie et pour les membres de l'église d'Albertville, beaucoup de déplacements assez longs sur des routes parfois enneigées. Cependant cette situation n'a pas que des inconvénients. Située au croisement de plusieurs vallées, l'agglomération se trouve à une place stratégique pour l'évangélisation de la région : les membres de cette assemblée proviennent d'endroits très différents, comme les vallées de Maurienne, de Tarentaise ou d'Ugine.


De petits commencements.
 Dans les années 70, l'A.D.D. d'Annecy a commencé une oeuvre à Albertville où quelques chrétiens se réunissaient depuis les années 50 dans une salle municipale. Au début des années 90, Albertville passe sous l'égide de l'église de Chambéry, devenant ainsi partie prenante de l' Assemblée de Dieu de Savoie. Depuis cette époque s'y sont succédé les pasteurs (ou stagiaires à l'époque) Chambeyron, Nicolas, Hascoët, Myngher, Nolent et Atinsounon. Aujourd'hui c'est Jean-Emmanuel Maurin qui, depuis 2014, s'occupe de l'assemblée.


Une situation matérielle critique et inconfortable. 
En 1995 les chrétiens entrent dans une petite salle de location dont le sous-sol sert pour l'école du dimanche. Malheureusement, rapidement, l'obligation de se plier aux normes de sécurité en interdisent l'utilisation. Le « club du dimanche » devient celui « du samedi ». Quant aux bébés, ils sont obligés de rester avec leurs parents au culte. La situation s'améliore un peu quand une famille propose sa maison pour accueillir les clubs, mais les désagréments demeurent. Promiscuité, manque d'annexes, bébés au culte, salle trop petite lors des événements spéciaux : pendant une quinzaine d'années la recherche d'une autre salle devient une des priorités des ministères qui se succéderont, sans que pour autant les recherches aboutissent car les locaux disponibles sont rares, mal situés ou chers.


La solution. 
Enfin, en 2013, l'école de musique de la ville déménage et met en vente des locaux bien situés et convenables. C'est alors un grand projet d'achat et de rénovation qui se met en place, rendu possible grâce au soutien financier et logistique de l'A.D.D. de Chambéry qui s'y investit énormément. Les travaux commencent fin 2014 et se termineront en 2016, menés par l'entreprise ECT, avec parfois la participation enthousiaste de bénévoles de l'église d'Albertville. Aujourd'hui le résultat est là : un bâtiment beau et fonctionnel.


L'inauguration.
 En ce samedi 26 mars les sourires sont donc sur tous les visages : l'inauguration est l'occasion pour les chrétiens Albertvillois d'exprimer le bonheur d'être enfin dans un nouveau local ! La salle est pleine à craquer, les membres retrouvent avec joie d'anciens pasteurs venus pour l'occasion. Madame le Maire d'Albertville pointe dans son discours l'intérêt que revêt la présence de l'église dans le quartier, du point de vue de la mixité sociale . Sont également présents plusieurs représentants de diverses communautés chrétiennes de la ville et Jacques Rigler de Chambéry. La partie musicale est assurée par Pierre-Yves Scotto, et le groupe de chant d'Albertville interprète également quelques chants. Mais le point retenu par tous restera le message adressé par Dieu à l'assemblée par la voix du pasteur Christian Blanc, président de l'UNADF : l'implantation d'églises doit s'inscrire dans l'obéissance au grand appel missionnaire que Dieu adresse à ses enfants. Et c'est là la conclusion qui demeure dans les pensées une fois l'inauguration terminée : ces nouveaux locaux doivent avant tout être considérés comme un outil pour faire avancer le Royaume de Dieu en Savoie et ce jour d'inauguration marque un départ, non une arrivée.

Anne Marie Morigny